France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !


“Je ne me suis jamais interdit de refaire de la politique...!”, assure Marion Maréchal

L’ancienne députée a lancé un centre de réflexion politique en vue de la présidentielle 2022.

“Je ne me suis jamais interdit de refaire de la politique”, assure Marion Maréchal

Par : valeursactuelles.com

D’aucuns y verront un retour modéré à la vie politique, d’autres une manière d’apporter au débat. Marion Maréchal, qui a lancé le Centre d'analyse et de prospective (CAP) rattaché à son école, l’Issep de Lyon, a clarifié sa position au micro de RTL, mercredi 9 décembre.L’extrême gauche et la « mécanique de l'émotion »

L’extrême gauche et la « mécanique de l'émotion »

« Je ne serai pas candidate en 2022 », a-t-elle indiqué, tout en refusant pour autant de renoncer à cette éventualité pour la suite. « Je ne me suis jamais interdit de refaire de la politique, mais je ne savais pas où et quand et je n'allais pas donner d'agenda alors que je n'en ai pas », a déclaré l’ex-élu du Vaucluse. Via le Centre d'analyse et de prospective (CAP), son objectif est de « pouvoir aller sur le terrain du débat politique, un espace intellectuel sous-investi », mais aussi de travailler « autour de la question de la souveraineté et de la sécurité » et de « tracer une ligne directrice pour la France de 2030 ».

L’ancienne cadre du RN est aussi revenue sur une nouvelle polémique sur fond de racisme, après l’interruption du match de football PSG – Basaksehir, mardi soir. Alors que les joueurs ont refusé de reprendre la partie, Marion Maréchal a jugé « légitime » leur réaction, mais a tout de même dénoncé les activistes de gauche et d'extrême gauche. Ces derniers, juge-t-elle, sont à la manœuvre d’une « mécanique de l'émotion ». « Je considère que le racisme systémique n'existe pas en France de la part de l'État ou de la police », a-t-elle estimé, avant d’abord le sujet de l’IGPN. C’est une « fausse bonne idée de la dissoudre », puisque, notamment, « pour juger quelqu'un, il faut connaître le métier, les armes qu'ils utilisent, il faut des gens qui maîtrisent toutes les implications de ce métier » […]



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®