France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Le député LR Guillaume Larrivé s’emporte contre les « loufoqueries » de son propre camp

Sur son compte Twitter, le député LR Guillaume Larrivé s’est fendu d’une série de messages qui, sans citer personne, critiquent violemment les récentes déclarations de Guillaume Peltier… le propre vice-président des Républicains.

Image d'illustration

Par : V.A.

L’ambiance n’est toujours pas au beau-fixe, dans les travées du siège des Républicains. Quand le parti ne se déchire sur ses alliances locales plus ou moins assumées avec La République en Marche, ses principaux cadres échangent des politesses sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, dimanche 30 mai, c’est le député de l’Yonne, Guillaume Larrivé, qui s’est fendu d’une série de tweets condamnant les déclarations de son vice-président, Guillaume Peltier. Ce dernier était l’invité, plus tôt dans la journée, du Grand Jury RTL – Le Figaro – LCI. A cette occasion, il avait fait plusieurs déclarations pour le moins iconoclastes, concernant notamment la sortie temporaire de la Cour européenne des droits de l’Homme ou la création d’une Cour de sûreté de la République excluant la possibilité de faire appel. Des sorties que n’a que peu apprécié Guillaume Larrivé : « J’avoue avoir du mal à comprendre les propositions de certains « responsables » de l’actuelle direction du parti dont j’ai été le porte-parole lors de sa fondation… », a-t-il écrit. Si Guillaume Larrivé ne cite personne, sa cible est assez claire. Dans un de ses tweets, il précise ne « pas [avoir] été élevé à l’école du Front national » – une référence implicite à son vice-président, qui a commencé sa carrière politique au FNJ dans les années 90.

Règlement de compte en public

Cette entrée en matière effectuée, le député de l’Yonne rentre dans le dur, et fait directement référence aux propositions de Guillaume Peltier : « La possibilité de faire appel en matière pénale », écrit-t-il, « n’est ni une vieillerie ni une marotte de méchant gauchiste-laxiste, mais un progrès auquel il n’est pas question de renoncer dans un État civilisé ». Et quand il faut se désolidariser, Guillaume Larrivé ne passe pas par quatre chemins : « Je l’ai déjà dit (…) et je le répète ici : les loufoqueries proposées à titre personnel par tel ou tel « responsable » de la direction n’engagent évidemment pas le parti – et en tout cas pas moi ». Depuis 2017, il faut dire que le député fait tout ce qu’il peut pour jouer sa partition en solitaire. Sans quitter LR, il a déjà créé son micro-parti, La France Demain, d’obédience résolument libérale.

Au reste, l’ancien secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy avait été pressenti pour rallier le gouvernement de Jean Castex, en juin dernier – pour occuper le poste de ministre de la Justice. Si c’est finalement Éric Dupond-Moretti qui a été choisi, Guillaume Larrivé était tout sauf opposé à rejoindre la majorité présidentielle. Alors que la tension semble être retombée en Paca, la passe d’armes entre Larrivé et Peltier vient une nouvelle fois illustrer les déchirements internes des Républicains. Pour le plus grand plaisir d’Emmanuel Macron et Marine Le Pen, qui n’attendent pas autre chose que de se partager les restes.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®