France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !

“C’est devenu Chicago ici” : quand les dealers vendent de la drogue devant une crèche de Saint-Ouen (93)

Les familles sont à bout et obligées de croiser les trafiquants pour déposer leurs enfants.

Image d'illustration

Par : V.A.

Ils n’en peuvent plus. Face à l’installation de dealers devant la crèche Emile-Zola à Saint-Ouen, les riverains ont interpellé les autorités. Comme le précise Le Parisien, la mairie de la commune de Seine-Saint-Denis aurait été appelée à renforcer la surveillance policière aux abords du bâtiment. « C’est devenu Chicago ici (…) Ils ont des guetteurs. Il faut faire gaffe ! », a raconté une riveraine. « On aimerait des policiers devant la crèche de façon quotidienne parce que la situation se dégrade », s’est désolée une autre. Ce mardi 15 juin, un rendez-vous entre les habitants et la municipalité a été fixé pour discuter du problème, et envisager des solutions face à ce fléau inquiétant. Une situation insoutenable pour les familles, assistant à des trafics de drogue « sous les yeux des bouts de chou », dès 8h du matin. « Ils nous font comprendre qu’ils sont chez eux. Des parents veulent retirer leurs enfants de l’établissement à cause de ça », a confié l’une des riveraines.

Insécurité

S’il semblerait que les trafiquants opèrent devant le passage Elizabeth depuis de nombreuses années, leur manière d’agir deviendrait de plus en plus angoissante pour les familles. Depuis le mois d’octobre 2020, les dealers auraient davantage envahi l’espace autour de la crèche, inscrivant même les tarifs des marchandises sur les murs. « Avant, c’était des jeunes du quartier plutôt discrets mais là, ce sont des nouveaux plus visibles, qui salissent tout », a remarqué une habitante qui dit avoir déjà été menacée par les dealers. Une situation d’autant plus oppressante que les parents, ne se sentant plus « en sécurité », seraient « obligés de passer devant eux » pour déposer leur enfant à la crèche, se faisant parfois interpeller et questionner par les individus.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®