France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Les logiciels bloqueurs de pub tuent le Web et les sites indépendants !

L'islamiste Abdelhakim Sefrioui “fiché S” jugé ce lundi pour complicité dans l'assassinat de Samuel Paty

Surveillé depuis son arrivée en France en 1982, le militant est soupçonné d'avoir «facilité la définition du projet criminel» du meurtrier du professeur.

Image d'illustration

Par : Le Figaro et AFP agence


A-t-il donné le mode d'emploi du crime? Abdelhakim Sefrioui, notoire militant islamiste francilien, doit être fixé ce lundi 28 juin sur sa demande d'annulation de mise en examen dans l'affaire de l'assassinat de Samuel Paty par le Tchétchène Abdoullakh Anzorov, le 16 octobre 2020. Détenu à l'isolement depuis fin octobre, Abdelhakim Sefrioui est en effet poursuivi pour «complicité d'assassinat terroriste». Il est accusé d'avoir ciblé publiquement la victime et d'avoir «facilité la définition d'un projet criminel» par le tueur, au même titre que Brahim Chnina, un parent d'élève.

L'homme de 62 ans est inscrit au fichier des personnes radicalisées et fiché S. Installé en France depuis 1982, se proclamant imam, il propage en toute impunité des thèses islamistes depuis lors. L'élément clé qui incrimine Abdelhakim Sefrioui concernant l'affaire Paty est une vidéo, diffusée le 11 octobre, soit 5 jours avant le meurtre. Le professeur était dénigré, et le militant appelait à une mobilisation pour obtenir son exclusion. Il y qualifiait sans le nommer Samuel Paty de «voyou» et invitait d'autres parents à se mobiliser pour obtenir son exclusion. Le militant évoquait en outre dans sa vidéo un prétendu «appel du président de la République à haïr les musulmans», et faisait le portrait d'une France islamophobe ayant trouvé son champion en la personne d'un professeur de lycée.

Pour les juges d'instruction, cités par Libération, la complicité de Abdelhakim Sefrioui repose sur le fait de «réaliser et contribuer à la diffusion d'une vidéo (...) révélant ou relayant des renseignements d'identification et de localisation professionnelle de Samuel Paty, en utilisant l'autorité que lui conféraient ses fonctions affichées de membre du Conseil des imams de France pour susciter un sentiment de haine à l'égard de l'enseignant ainsi ciblé, en lien avec la présentation de caricatures religieuses, et faciliter ainsi la définition d'un projet criminel par l'auteur principal».

Selon des éléments divulgués par l'AFP, le père d'Abdoullakh Anzorov aurait indiqué lors d'une audition que son fils a probablement vu la vidéo, même s'il n'en a jamais parlé. L'avocate d'Abdelhakim Sefrioui, Me Elise Arfi, répondait que le tueur avait «déjà mûri» son projet criminel avant de visionner la vidéo. C'est «une question de droit fondamentale: comment peut-on être complice d'un agent qu'on ne connaît pas, qu'on n'a jamais vu, avec qui on n'a jamais communiqué ?», ajoutait l'avocate. «Des gens font des vidéos ou des films sur tous sujets: faudra-t-il incriminer leurs auteurs si un fou s'en sert pour tuer quelqu'un?», défendait-elle, précisant enfin que «ce recours n'est pas une injure à la mémoire de Samuel Paty, il s'agit de faire du droit», fait valoir l'avocate auprès de l'AFP.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®