France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Attentats du 11-Septembre : Après le retour des Talibans, l’Afghanistan va-t-il redevenir « un sanctuaire terroriste » ?

Vingt ans après les attentats du World Trade Center, Al-Qaida pourrait faire de l'Afghanistan, reconquis par les talibans, l’une de ses bases arrières, alertent des spécialistes

Image d'illustration

Par : Thibaut Chevillard / 20minutes.fr

L’ESSENTIEL

  1. Le 11-Septembre 2001, des terroristes de Al-Qaida détournent des avions de ligne qui s’écrasent sur les tours jumelles du World Trade Center, à New York, le Pentagone et à Shanksville, en Pennsylvanie.
  2. Au cours des mois qui suivent, les Américains envahissent l’Afghanistan et renversent le régime taliban, qui a refusé de leur livrer le chef du groupe terroriste, Oussama ben Laden.
  3. Vingt ans après, les talibans sont de retour au pouvoir, faisant craindre aux spécialistes du terrorisme que le pays redevienne une base arrière d’Al-Qaida et attire de jeunes Français candidats au djihad.

Ce sont les attentats les plus meurtriers jamais perpétrés. Le 11 septembre 2001, 19 terroristes détournent quatre avions de ligne qui s’écrasent, entre 8h46 et 10h03, sur les tours jumelles du World Trade Center, à New York, le Pentagone et à Shanksville, en Pennsylvanie. Bilan : 2.977 personnes sont tuées, 6.291 autres blessées. Rapidement, les Américains soupçonnent le chef de l’organisation terroriste Al-Qaida, Oussama Ben Laden, d’être derrière ces attaques. Le Saoudien se cache en Afghanistan, un pays dirigé par les talibans. Le président George W. Bush, qui a déclaré la « guerre contre le terrorisme », leur demande de remettre Oussama ben Laden aux Etats-Unis. Ce qu’ils refusent. Les conséquences ne se font pas attendre. Le 7 octobre, les forces américaines et britanniques envahissent le pays.

« Les talibans auraient pu éviter que l’affaire dégénère s’ils avaient extradé Ben Laden », explique Alain Rodier, directeur de recherche au Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R) et auteur d’Al-Qaïda, les connexions mondiales du terrorisme (Ellipses). Les Américains mettront 10 ans pour retrouver et tuer le djihadiste à Abbottabad, au Pakistan. En revanche, il ne leur aura suffi que de quelques mois pour renverser les talibans, au prétexte « qu’ils ne respectaient pas les valeurs universelles que les Etats-Unis essaient de répandre à travers le monde », poursuit le chercheur. Mais en août dernier, les talibans ont profité du retrait des troupes américaines pour revenir au pouvoir, 20 ans après en avoir été chassés.

Des liens de longues dates entre les talibans et Al-Qaida

« Cela fait craindre un retour de Al-Qaida, qui avait été chassé de son sanctuaire afghan en 2001 », alerte Jean-Charles Brisard, président du Centre d’analyse du terrorisme. L’Afghanistan pourrait devenir « un sanctuaire terroriste », dit-il, reprenant les termes employés par Emmanuel Macron lors de son allocution du 16 août dernier. Le risque est que le pays constitue « une base arrière de Al-Qaida, qui est très présent dans la zone frontalière avec le Pakistan ». L’hypothèse est d’autant plus forte que « ces dernières semaines, les talibans ont libéré un certain nombre de détenus, dont des membres de Al-Qaida, des cadres », observe Jean-Charles Brisard. En outre, « il y a, de longue date, des liens entre les talibans et Al-Qaida. Ils sont toujours très forts », insiste-t-il. Les talibans, qui ont présenté leur nouveau gouvernement, ont d’ailleurs nommé à l’Intérieur Sirajuddin Haqqani, dirigeant du réseau éponyme, qualifié de terroriste par Washington et historiquement proche d’Al-Qaida.

Mais les nouveaux maîtres de l’Afghanistan n’ont pas oublié que les attaques du 11-Septembre, orchestrées par le groupuscule terroriste, leur avaient coûté le pouvoir. Pour Alain Rodier, les talibans vont, au moins pendant un temps, veiller à ce que des combattants d’Al-Qaida « ne viennent pas en Afghanistan pour préparer des actions à l’étranger ». « Pour le moment, leur problème, c’est de faire vivre ce pays de 38 millions d’habitants ». L’heure n’est donc pas à la guerre. Le directeur de recherche du CF2R estime que « le risque terroriste, à l’heure actuelle, vient beaucoup plus de Daesh qui, pour exister, pourrait avoir envie de déclencher quelque chose ». La branche afghane de l’Etat islamique a d'ailleurs revendiqué l’attaque meurtrière perpétrée près de l’aéroport de Kaboul le 26 août, un double attentat qui a fait au moins 72 morts et des dizaines de blessés.

Une « émulation » dans la djihadosphère

Il n’en reste que la prise de contrôle des talibans « a créé dans la djihadosphère une émulation évidente qui peut contribuer à renforcer la menace terroriste », note pour sa part Jean-Charles Brisard. « Elle est d’une telle force symbolique qu’elle peut inspirer des gens à passer à l’acte. » Une menace prise d’autant plus au sérieux que Al-Qaida a diffusé le 15 juillet une vidéo visant à « condamner le blasphème incarné par les caricatures de Mahomet », dans laquelle la France est « vilipendée ».

Le président du CAT redoute aussi une multiplication des départs d’Européens en Afghanistan pour faire le djihad, « surtout dans le contexte d’un conflit ouvert entre deux forces, Al-Qaida et Daesh ». Pour les spécialistes, l'Afghanistan a représenté une place importante dans le djihadisme français avant 2001, bien avant les départs massifs vers l'Irak et la Syrie en 2014 et 2015. Une crainte partagée par Marc Trévidic, ancien juge antiterroriste, qui confiait à nos confrères des Jours récemment : « Je vois très mal l’avenir. On va avoir de nouveau un pôle d’attractivité [pour les candidats au djihad]. Pas tout de suite, mais il viendra. » Des combattants aguerris qui, de retour en France, constitueront une menace importante.


(SOURCE) : 20minutes.fr LIRE L'ARTICLE COMPLET



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®