France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Canada : des livres Tintin et Astérix détruits car jugés néfastes aux autochtones

Au total 5000 livres et BD ont été jetés, certains brûlés et enterrés, par un conseil scolaire de la province de l’Ontario qui estime, sur Radio Canada, que ces ouvrages propagent des stéréotypes négatifs.

Image d'illustration

Par : V.A.

Brûler des livres comme aux heures les plus sombres de l’histoire. « Cette grande épuration littéraire », selon les mots de Radio Canada, a eu lieu dans les bibliothèques du Conseil scolaire catholique Providence qui regroupe 30 écoles francophones dans tout le Sud-Ouest de l’Ontario. Le but : « la réconciliation avec les Premières Nations ». Nos confrères canadiens décrivent ainsi, + date, l’une des cérémonies de « purification par la flamme » qui s’est tenue en 2019, afin de brûler une trentaine de livres bannis, dans un but éducatif. Parmi les ouvrages concernés, des bandes dessinées Tintin ou encore Astérix. Les cendres ont servi comme engrais pour planter un arbre et ainsi transformer ce que le conseil scolaire considérait comme négatif en positif.

Tintin en Amérique, un livre raciste ?

Le Conseil scolaire reproche à la bande dessinée Tintin en Amérique un langage non acceptable, des informations erronées, une présentation négative des peuples autochtones et une représentation fautive des Autochtones dans les dessins. Dans la BD d’Hergé, parue en 1932, une des plus vendues de l’auteur dans le monde, on retrouve notamment l’appellation Peau-Rouge. Le Temple du Soleil a aussi été retiré des rayons.

Scandaleuse mini-jupe pour Astérix et les Indiens

Suzy Kies, la chercheuse à l’origine de ce mouvement, déplore aussi la sexualisation de la femme autochtone qui tombe amoureuse d’Obélix dans Astérix et les Indiens. La jeune femme est représentée avec un décolleté plongeant et une mini-jupe. « Iriez-vous courir dans les bois avec une mini-jupe? On a développé ce qu’on appelle la sauvagesse sexuelle, une image des femmes autochtones comme étant des femmes faciles. Autre exemple : Pocahontas, est tellement sexuelle et sensuelle, pour nous, les femmes autochtones, c’est dangereux », s’emporte Suzy Skies.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®