France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Etats-Unis : harcelé par les étudiants “woke”, un professeur d’université démissionne

Le professeur de philosophie de l’université de Portland juge qu’il n’est plus possible d’exposer certains étudiants à une pensée qui dérange leur idéologie.

Image d'illustration

Par : V.A.

Il a préféré partir, l’université n’assurant plus sa mission. Peter Boghossian, un professeur d’université, a dénoncé dans une lettre publique l’influence et même le harcèlement des étudiants « woke » au sein de l’université de Portland (Ouest des Etats-Unis) qui l’ont poussé à la démission. La lettre adressée au doyen et repérée par le Times évoque une université transformée en « usine de justice sociale » qui n’admet que les questions de « race, sexe ou statut de victime » et dont ne ressortent que « colère et division ».

Etudiants effrayés, professeur harcelé

Dans le viseur du professeur de philosophie, l’idéologie « woke », dont les membres se définissent par leur appartenance à une minorité et leur statut de victime inhérent à cette appartenance. Il évoque une forme de radicalisation intellectuelle qui rendrait impossible l’écoute des opinions contraires, ou simplement des auteurs « européens et mâles ». Une intolérance qui lui a valu un harcèlement, comme des crachats, des tracts et des tags injurieux avec des accusations de racisme, ou l’interruption de ses cours par des activistes. « Les étudiants ont désormais peur de parler franchement ».

Selon lui, sa faute est d’avoir posé « tout haut les questions » que ses collègues posaient tout bas. Comme l’opportunité des « safe spaces » ou des « trigger warning », c’est-à-dire des moyens de protection contre les contenus que les étudiants pourraient juger offensants, ou contraire à leurs idéaux… Peter Boghossian soutient qu’il ne s’agit pas ici de défendre ses opinions, mais au contraire de s’assurer que les étudiants seront exposés à des idées contradictoires. Or « les étudiants de Portland n’apprennent plus à penser », explique-t-il. « Ils apprennent à répéter des certitudes idéologiques. L’université a abandonné la mission de rechercher de la vérité au profit du rejet des opinions contraires ».



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®