France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

François Fillon visé par une seconde enquête du PNF : « On ne peut pas y voir une coïncidence »

Depuis 2017, François Fillon est mis en cause par le Parquet national financier pour la rémunération du travail de Maël Renouard, son ancien assistant parlementaire et co-rédacteur de son livre Faire. De quoi s’interroger sur les méthodes d’un pouvoir judiciaire souverain.

Image d'illustration

Par : Victor Eyraud / V.A.

Quatre ans après les révélations du Canard enchaîné, le Parquet national financier (PNF) n’en démord pas. Comme le révélait RTL, ce vendredi 3 septembre, François Fillon fait l’objet d’une deuxième enquête préliminaire pour « détournement de fonds publics » depuis 2017. L’ancien candidat des Républicains à l’Élysée, condamné en première instance le 29 juin dernier pour l’affaire dite « des emplois fictifs », se dit scandalisé par ce que son avocat et lui-même qualifient d’« acharnement ». L’affaire, étonnamment disjointe des dossiers ayant fait basculer la dernière élection présidentielle, est exhumée à quelques semaines du procès en appel du couple Fillon, et près de six mois avant le scrutin de 2022.

« Si un collaborateur parlementaire ne peut pas assister un député dans l’exercice de ses fonctions et dans l’expression publique de sa pensée, il faut supprimer le collaborateur parlementaire ! », argue Me Antonin Lévy.

Une enquête préliminaire au fond dérisoire

L’instance juridique de lutte contre la grande délinquance économique et financière reproche à l’ancien Premier ministre la rémunération d’un de ses attachés parlementaires, Maël Renouard, en sa qualité de « plume » de son livre Faire. La rédaction de l’ouvrage politique s’est étendue de novembre 2013 à septembre 2015, à raison d’un salaire total de 38 000 euros. Cette activité, si elle n’était pas retenue comme une des prérogatives d’un collaborateur de l’Assemblée, pourrait reconduire François Fillon devant les tribunaux pour « détournement de fonds publics ».

Me Antonin Lévy, avocat de l’intéressé, contacté par Valeurs actuelles, dénonce un soupçon « incompréhensible, aux confins de l’absurde ». Comme le souligne l’avocat aux barreaux de Paris et de New York, le livre Faire est l’expression de la vision de la France et de l’engagement de François Fillon. « Ça n’est pas un roman à l’eau de rose », insiste-t-il, « c’est l’ouvrage politique d’un homme politique. Si un collaborateur parlementaire ne peut pas assister un député dans l’exercice de ses fonctions et dans l’expression publique de sa pensée, il faut supprimer le collaborateur parlementaire ! »

Selon l’avocat de François Fillon, cela ne fait aucun doute : en assistant le député dans la rédaction d’un tel ouvrage, Maël Renouard n’a fait que remplir la mission que lui assignait sa fonction. Son salaire serait, dès lors, parfaitement justifié. « Il n’y a rien dans ce dossier », abonde-t-il. Pourtant, ce dernier a occupé les enquêteurs du Parquet quatre années durant.

Un dossier longuement gardé sous le coude

Au-delà d’un soupçon sur le fond, cette enquête […]    [La suite est réservée aux abonnés.]



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®