France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Marine Le Pen : cette proposition de campagne qui risque de faire des remous

Son programme se dévoile. Au cours d'une interview accordée au journal Le Figaro, Marine Le Pen a dévoilé une première proposition de campagne... qui promet de susciter de nombreuses réactions.

Image d'illustration

Par : Laura Carreno-Müller / closermag.fr

Habituée aux critiques, Marine Le Pen risque de s'attirer de nouveaux détracteurs. Ce mercredi 8 septembre, la femme politique a accordé une interview au journal Le Figaro. Entretien durant lequel elle a dévoilé les premières lignes de son programme, à quelques jours de sa rentrée politique, et notamment une proposition qui risque de susciter la colère de certains téléspectateurs. La raison ? La candidate à l'élection présidentielle de 2022 souhaite privatiser l'audiovisuel. "C'est immédiatement 2,8 milliards de redevance que nous rendons aux Français. Nous sommes une grande démocratie. A-t-on encore besoin d'un audiovisuel public de cette taille ?", a-t-elle questionné.

Dans son viseur, peut-être : France Télévisions ou encore Radio France, bien qu'elle veuille "préserver certaines choses."Marine Le Pen précise ainsi que, dans le cas où elle atteint les marches du palais de l'Élysée, "Arte ne sera pas concerné et l'INA sera transféré au ministère de la Culture et intégrera les archives nationales." Selon elle, "cette privatisation d'un audiovisuel public dont il est de toute façon de plus en plus difficile de distinguer la spécificité, permettra de consolider le secteur audiovisuel privé qui subit la concurrence de plateformes aux moyens considérables."

Marine Le Pen prend Eric Zemmour "au sérieux"

Si elle se penche sur les fondations de son programme, elle garde aussi un œil sur ses potentiels concurrents. Que pense Marine Le Pen de l'éventuelle candidature d'Eric Zemmour ? Elle assure "la prendre au sérieux", alors que cette dernière attend encore confirmation. "Je n'ai pas la culture du mépris ou de l'arrogance. Je pense que le monde se sépare entre ceux qui croient en la France et ceux qui ne croient pas en elle. Parmi ceux qui croient en la France, je considère que je n'ai pas d'adversaire"


(SOURCE) : closermag.fr LIRE L'ARTICLE COMPLET



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®