France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

« Moi je voulais des cages de foot » : un écolier se rebelle contre les cours de recrée « dégenrées » de EELV

A Lyon, jeudi 2 septembre, Grégory Doucet a inauguré une cour de récréation « dégenrée », supposée promouvoir les « jeux et activités mixtes »… avant d’être mis en difficulté par un écolier mécontent.

Image d'illustration

Par : V.A.

Difficile de répondre aux critiques d’un opposant décidé… quand celui-ci est encore à l’école primaire. Grégory Doucet, maire EELV de Lyon, en a fait la douloureuse expérience, jeudi 2 septembre, dans une école lyonnaise. Si l’édile écologiste a fait le choix de visiter l’école de la Sauvagère, dans le 9e arrondissement, à l’occasion de la rentrée scolaire, c’est pour une raison bien particulière : pendant l’été, la cour de récréation a été largement réaménagée, et est désormais considérée comme « dégenrée ». Selon Lyon Mag, le terme évoque une cour pensée pour « favoriser les jeux et activités mixtes ». Concrètement : exit le traditionnel terrain de football et ses cages en métal, auxquels on reproche d’occuper la plus grande place dans la cour. Désormais, place aux potagers… et c’est à peu près tout. La cour flambant neuve, note Lyon Mag, est « désespérément vide ».

Les enfants sont sans pitié

Et les enfants, qu’en pensent-ils ? Au cours de sa visite, Grégory Doucet a voulu consulter les principaux utilisateurs de cette cour de récréation d’un nouveau genre. Bien mal lui en a pris. Sous le regard goguenard des caméras venues nombreuses, un jeune écolier s’est saisi du micro… pour tancer la nouvelle cour. « Moi, je voulais des cages de foot et un ballon de foot », a-t-il lancé. « Mais comme par hasard, y’a rien ! Y’a que j’sais-pas-quoi », a poursuivi le jeune enfant, sous le regard livide de Grégory Doucet. Le « j’sais-pas-quoi » en question, c’est un amas de copeaux de bois disposé dans un coin de la cour, et dont les élèves de l’école de la Sauvagère devront se contenter pour seul potager. « Ouais, des copeaux, et après y’a de la terre, et après y’a rien », a achevé le jeune footballeur frustré, sans pitié. Désarmé, Grégory Doucet ne lui a apporté aucune réponse.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®