France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Présidentielle 2022 : l’élection serait un « galop d’essai » pour Anne Hidalgo, qui prépare l’après-2022

Ultra-favorite pour porter les couleurs du Parti socialiste (PS), Anne Hidalgo devrait officialiser sa candidature dimanche prochain, 12 septembre, en direct du journal de TF1. Selon le JDD, la maire de Paris ne se ferait pourtant pas d’illusion sur son score, et préparerait davantage l’après-2022.

Image d'illustration

Par : V.A.

A la toute fin du mois d’août, lors des universités d’été du Parti socialiste (PS) organisées à Blois (Loir-et-Cher), Anne Hidalgo était quasiment intronisée candidate du parti en vue de 2022. Largement soutenue par la direction des anciens locataires de Solferino, Olivier Faure en tête, la maire de Paris devrait officialiser sa décision dimanche 12 septembre lors d’une intervention au 20 Heures de TF1, selon une information du Parisien. Un calendrier un peu plus précipité que prévu, note le Journal du Dimanche (JDD), qui s’expliquerait par les difficultés que rencontre Anne Hidalgo à décoller dans les sondages. Pour l’heure, elle plafonne autour de 7%, dans un mouchoir de poche avec Jean-Luc Mélenchon ou Eric Zemmour, lui non plus pas encore déclaré. Il faut donc aller vite, avant qu’une autre personnalité ne décide qu’elle pourrait faire mieux. Tout l’enjeu de la campagne Hidalgo est là : la maire de Paris viserait bien davantage le contrôle du parti pour les cinq années à venir que l’accession à l’Elysée dans huit mois. « C’est un galop d’essai, une manière pour elle de préempter la candidature sociale-démocrate et le leadership pour l’après 2022 », affirme un baron du PS au JDD.

« Elle part pour gagner »

Pour l’heure, la quasi-totalité du parti est déjà acquise à sa cause. Seul Stéphane Le Foll, ancien ministre de l’Agriculture de François Hollande, a fait le choix de se déclarer candidat, et tentera de convaincre les militants lors du congrès à venir. L’entourage d’Anne Hidalgo, quant à lui, nie en bloc l’idée d’une « candidature de témoignage ». « Elle n’est pas dans l’après (…) elle part pour gagner la présidentielle », assure Patrick Bloche, son adjoint à l’éducation à la mairie de Paris au JDD. Les sondages n’inquiètent d’ailleurs pas les partisans d’Anne Hidalgo : « Aujourd’hui, il n’y a aucune raison de donner du crédit aux sondages. Les Français ne savent pas encore qui est Anne Hidalgo. C’est normal, depuis quinze ou vingt ans, elle s’est consacrée à Paris », explique-t-on. Et pour se rassurer encore, le PS lorgne sérieusement du côté d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV). « Les Verts vont transformer leur primaire en machine à perdre », se régale d’avance un proche de la maire de Paris, qui espère que les militants écologistes éliront Eric Piolle ou Sandrine Rousseau. « Trop identitaires, trop radicaux, trop sectaires », les deux représentants de l’aile gauche d’EELV feraient fuir « 50% de leur électorat, qui viendra se joindre à un début de dynamique », espèrent les équipes d’Anne Hidalgo. Premier élément de réponse le 16 septembre prochain donc, pour le premier tour de la primaire écologiste.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®