France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Présidentielle 2022 : Marine Le Pen dénonce la « division du camp national »

A la veille de sa rentrée politique à Fréjus, Marine Le Pen dévoile ses premières propositions au Figaro. La présidente du Rassemblement national entend inscrire sa campagne sous le signe des « libertés ».

Image d'illustration

Par : V.A.


Marine Le Pen reprend la main. Alors qu’une possible candidature d’Eric Zemmour pourrait lui faire de l’ombre, celle qui est déjà candidate pour 2022 a décidé de prendre la parole ce mercredi 8 septembre dans les colonnes du Figaro. Redisant n’être « ni de droite, ni de gauche » elle déclare prendre « tout le monde au sérieux ». La finaliste de l’élection 2017 affirme que « de Zemmour à Montebourg, je peux avoir des concurrents virtuels mais pas d’adversaire. J’aimerais en profiter pour rappeler à ceux qui participent de ce camp-là et qui ne ménagent pas leurs critiques – parfois d’une incroyable violence – à mon égard deux choses essentielles: contrairement à d’autres, je n’ai aucune responsabilité dans la situation actuelle du pays. Et le véritable suicide français, c’est la division du camp national ».

Nationaliser les autoroutes et privatiser l’audiovisuel public

La présidente du Rassemblement national (RN) met l’accent sur le pouvoir d’achat et propose « la nationalisation des autoroutes, qui sont à [ses] yeux une véritable spoliation des Français. Cela permettra de faire baisser de 10 à 15 % le prix des péages, de livrer un milliard et demi d’euros par an au budget de l’État et ainsi permettre la mise en oeuvre de politiques de réaménagement du territoire​ », soutient-elle. La candidate envisage également la privatisation de l’audiovisuel public, dont il est, selon elle, de plus en plus difficile de distinguer la spécificité, afin de rendre immédiatement 2,8 milliards de redevance aux Français.

Marine Le Pen s’affranchit du RN pour son équipe de campagne

« Je suis dans un état d’esprit extrêmement combatif », confie-t-elle au Figaro pour sa troisième candidature présidentielle. Son organigramme se précise : le préfet Christophe Bay, ancien directeur de cabinet adjoint du ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux, dirigera son équipe. « Je n’ai pas fait le choix d’un profil politique mais plutôt celui d’un grand serviteur de l’Etat. C’est une plus-value. Comme un nombre important de gens venus de l’extérieur du Rassemblement national qui interviendront dans ma campagne », loue la candidate. Parmi eux, l’ancien bras droit de Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Philippe Tanguy, bombardé directeur de campagne adjoint après avoir claqué la porte de Debout la France en novembre dernier avec une centaine de ses cadres pour soutenir Marine Le Pen. L’ancien journaliste de télévision, Philippe Ballard, est quant à lui promu directeur de la communication de la campagne.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®