France

[France][bsummary]

Europe

[Europe][bsummary]

International

[International][bsummary]

SCI-TECH

[SCI-TECH][bigposts]

Faits divers

[Faits divers][twocolumns]

Sens : une mère de famille condamnée à six mois de prison pour apologie du terrorisme

De septembre à novembre 2020, cette Sénonaise de 31 ans, convertie à l'islam et ancienne conjointe d'un homme fiché "S", avait commenté des vidéos en hommage à l'assassin de Samuel Paty, soutenant son acte terroriste. À l'audience, elle s'est repentie expliquant ses gestes par la colère.

Image d'illustration

Par : Renaud Candelier, France Bleu Auxerre, France Bleu

Durant trois mois, de septembre à novembre 2020, cette Sénonaise de naissance aura republié et commenté plusieurs vidéos sur différents réseaux sociaux, notamment une en hommage à l'assassin du professeur Samuel Paty sous laquelle elle écrit : "Bravo, tu as fait ce que beaucoup n'ont pas osé faire. Allahu Akbar", une autre sur le même thème, filmée à Idlib en Syrie, et une dernière vidéo rapportant des manifestations anti-françaises.

« "C'est à cause de la pression des médias sur l'islam" - La prévenue »

"C'était à cause de la pression que les médias mettent sur l'islam", explique la jeune femme dans le box, qui d'emblée précise, "depuis j'ai changé de façon de penser. Je regrette sincèrement ces publications". Pour expliquer ses propos, elle parle d'Emmanuel Macron, de la colère qu'il a provoqué chez elle en défendant le droit au blasphème et la publication des caricatures de Mahomet. "Ce n'était pas pour soutenir le terrorisme", assure la mère de famille, "je dis aujourd'hui que l'assassinat de Samuel Paty, c'est inhumain et je m'écœure moi-même, je me dégoute d'avoir pu poster cela". "Ces commentaires et vidéos sont anodins pour la prévenue mais ils encouragent et nourrissent la pratique du djihad, l'islam radical et les assassinats. C'est très grave", dénonce la procureure.

Ancienne compagne d'un fiché "S"

La prévenue, mère de trois enfants, sans emploi depuis neuf ans, raconte brièvement sa conversion à l'islam en 2015 et son apprentissage de la religion sur internet. Le tribunal lui rappelle aussi que son ancien compagnon est fiché "S", qu'il lui avait proposé de partir en Syrie et qu'il disait vouloir lutter contre l'Etat français. "Quand il a dit ça, je l'ai fichu dehors", se justifie la Sénonaise. Mais un autre fait pose question au tribunal. Son actuel mari, Tunisien, est bloqué dans son pays depuis le mois de janvier. La France refuse de lui accorder un visa.

Déjà condamnée cinq fois à 31 ans

"Expliquez-nous dans quel état d'esprit vous étiez à l'automne 2020, quand vous avez posté ces vidéos ?", appuie son avocate. "Je suis dépressive", déclare la prévenue, "à ce moment-là je ne prenais pas bien mon traitement." "C'est ce qui pourrais expliquer son passage à l'acte", souffle l'avocate. Sa cliente est déjà connue de la justice pour de nombreux vols, elle se dit kleptomane, et pour violences sur mineur. Par ailleurs, elle n'avait pas respecté son contrôle judiciaire ce qui l'a conduite depuis une semaine en détention provisoire.

Obligation de soins et de travail

"La question que se pose le tribunal est de savoir si on peut vous faire confiance", interroge la présidente. La procureure estime avoir entendu des regrets sincères. Elle rappelle que l'apologie du terrorisme est punie d'une peine allant jusqu'à sept ans de prison. Elle réclame huit mois ferme, sous bracelet électronique. Le tribunal semble donner crédit au repentir et prononce une peine de six mois sous bracelet, assortie d'un an avec sursis si la Sénonaise ne respecte pas son obligation de soins psychologiques et son obligation de travail. Elle ne pourra pas être élue pendant deux ans. En revanche, elle ne sera pas inscrite sur le fichier des auteurs d'infractions terroristes, ce n'est pas obligatoire en cas d'apologie.


(SOURCE) : France Bleu LIRE L'ARTICLE COMPLET



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à 01CNews.fr ®